subscribe: Posts | Comments

Les freins sur le secteur de la technologie médicale

Commentaires fermés sur Les freins sur le secteur de la technologie médicale
Les freins sur le secteur de la technologie médicale

Le secteur Med Tech en France, est un secteur en plein développement. Toutefois, ce domaine, implique des sources de financements considérables pour la création de nouveaux matériels opératoires et médicales. Souvent, les sociétés sont confrontées à plusieurs défis qui peuvent freiner leur évolution sur ce secteur.

 

Rude concurrence

56718a0105014

Les principaux acteurs sur ce secteur, sont dans une course à l’innovation. Les laboratoires, sont tenus de rechercher les meilleures solutions qui soutiennent les activités médicales et chirurgicales. Un véritable travail de recherche et développement ! Le domaine de la technologie médicale, est très volatile. Les chefs d’entreprise doivent également assurer une veille stratégique qui observe les efforts des concurrents sur le secteur.

Toute société, qui agit sur ce secteur et désire conserver ses parts de marché, doit s’engager dans une veille stratégique, qui lui permet d’observer et d’agir sur la volatilité du marché et les efforts de la concurrence.

Marché locale

sanofi

La France a réussi à s’imposer sur le marché mondial de la technologie médicale. Un secteur qui est évalué à 200 milliards d’euros et qui promet un taux de croissance annuelle de 6%. Toutefois, la demande sur le marché local reste limitée et la majorité des opérateurs ont trouvé refuge dans l’exportation de leurs produits à l’international.  On cite l’exemple du groupe Mauna Kea Technologies, qui a vendu un seul appareil de micro-endoscopie en France, et 76 appareils à l’international. « Il est très difficile de vendre des produits à l’hôpital », explique le directeur général du groupe, Sacha Loiseau.

Actéon, le groupe bordelais géré par Marie-Laure Pochon est un autre groupe qui s’exporte bien à l’étranger, avec 120 pays à son compte et 13 filiales. « Notre marché cible prioritaire c’est les USA, où nous réalisons 30 % du CA actuel et où nous avons deux implantations, à Minneapolis pour l’activité médicale et à Philadelphie pour l’activité dentaire. Nous entendons, très vite, devenir un grand acteur sur ce marché. », déclare l’ancienne DG du groupe Lundbeck.

Depuis qu’elle a pris les commandes du groupe Actéon, Marie-Laure Pochon a concentré ses efforts sur la R&D. « Nous consacrons environ 6 % de notre CA en recherche et développement. Mérignac pour les ultra-sons et les sites de La Ciotat/Milan, pour la partie imagerie, digitalisation sont des sites capitaux pour notre réussite. Près de 40 personnes en interne, et une trentaine via des sous-traitants, travaillent à notre R&D. Nous nous devons d’apporter toujours plus de modernité, d’innovations à notre gamme de produits. », précise-t-elle.

Rôle de l’état

telecharger

Les différentes entreprises sur le secteur, déplorent le désengagement de l’état dans le processus de développement et d’innovations. « L’État, par l’intermédiaire des CHU, pourrait être un formidable prescripteur d’innovation s’il jouait son rôle », signale, Bertin Nahum, le directeur de Medtech, avant d’ajouter qu’en France « Il est plus facile d’obtenir des subventions que des commandes ».

Le dirigeant de Medicrea, société spécialisée dans la création des implants pour la colonne vertébrale, déclare que « Le système français ne rémunère pas l’innovation. Si nous créons un implant totalement nouveau, offrant un service médical unique, il faut se débrouiller pour le rattacher à une catégorie prédéfinie, sans possibilité d’obtenir un meilleur prix ».

L’état a tout de même essayé d’agir sur ces points, en installant un nombre de plans qui assurent la « reconquête industrielle » et qui visent à booster la vente des équipements et matériels chirurgicaux, sur le marché local.

 

Comments are closed.